Vous êtes ici >>> ACCUEIL LE PAYS L'Algerie Economie Les réserves de change disponibles assurent à l'Algérie trois années d'importations
_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Formulaire d'Identification




"L'homme de bien ne demande rien qu'à lui-même ; l'homme de peu demande tout aux autres. "

Confucius


Qui est en ligne ?

Nous avons 18 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui88
mod_vvisit_counterHier202
mod_vvisit_counterCette semaine88
mod_vvisit_counterSemaine dernière1825
mod_vvisit_counterCe mois3659
mod_vvisit_counterMois dernier7534
mod_vvisit_counterDepuis le début865515

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Vendredi 15 Juin 2018
à 20:24
Les réserves de change disponibles assurent à l'Algérie trois années d'importations
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Karim Djoudi : «Les réserves de change disponibles assurent à l'Algérie trois années d'importations»

* Le ministre des Finances, Karim Djoudi, a affirmé, avant-hier, que les réserves de change disponibles de l'Algérie peuvent assurer à  l'économie nationale trois années d'importations.          réponse aux questions des journalistes dans les coulisses de l'APN, le ministre a indiqué que ces réserves estimées  à 146 milliards de dollars permettront à l'Algérie de couvrir près de trois  ans d'importations, ajoutant que le taux de croissance économique hors hydrocarbures  de l'année en cours avoisinerait les 10 %.         
Karim Djoudi a, en outre, précisé que le taux global de croissance prévu pour la fin 2009 serait de 3 %, se disant optimiste quant à la situation financière  du pays pour l'année prochaine, d'autant que les avoirs du fonds de régulation  des recettes sont estimés à 4.000 milliards de dinars soit 40 % du Produit  intérieur brut (PIB).         
Evoquant la situation financière extérieure du pays prévue  en 2010, il annonce une baisse de la dette extérieure publique, soit  -1 % du PIB.         
* A une question sur les créances du groupe Orascom télécom Algérie  dus à l'Algérie, le ministre a estimé que toutes les entreprises sont contrôlées  par la Direction générale de imports (DGI) qui applique la loi à toutes les  entreprises, soulignant que la loi prévoit que les entreprises ont la possibilité  de payer 20 % des créances dus, un mois à partir de la date de notification,  puis le règlement des 80 % restants. Faute de quoi, elles entreraient en litige  avec l'administration des impôts.         
Toute entreprise a des droits et des devoirs envers l'Algérie, les  devoirs consistant au versement des impôts qui lui sont dus, a souligné le  ministre, précisant que si le groupe Orascom venait à faire un recours il  aurait à entamer des négociations avec la Direction générales des douanes  pour s'acquitter de ses dettes qui se chiffrent à 596,6 millions de dollars.          
H.?A

01-01-2010 à  17:18  http://www.elmoudjahid.com/accueil/Nation/49180.html