Vous êtes ici >>> ACCUEIL LE PAYS Les balades en Algérie Balade dans le sud
_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Formulaire d'Identification




"La discorde est le plus grand mal du genre humain, et la tolérance en est le seul remède. "

Voltaire


Qui est en ligne ?

Nous avons 16 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui184
mod_vvisit_counterHier336
mod_vvisit_counterCette semaine1045
mod_vvisit_counterSemaine dernière1450
mod_vvisit_counterCe mois3809
mod_vvisit_counterMois dernier5920
mod_vvisit_counterDepuis le début844975

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Dimanche 25 Juin 2017
à 14:53
Promenade dans le sud algérien
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L'Algérie est certainement le pays qui abrite les paysages sahariens les plus impressionnants et diversifiés. Montagnes, Tassilis et sables s'assemblent en un décor surréaliste.

Les Touaregs qui y vivent sont très attachés à leur culture ancestrale, et sont, dès lors, très enrichissants à fréquenter. C'est donc le pays idéal pour le "trek" en 4X4 ou avec dromadaires, mais toujours en privilégiant les marches dans les sites les plus intéressants, ce qui permet véritablement de s'imprégner du désert!

Les grands sites ont pour nom : Tassilis du Hoggar, Tefedest, Atakor, Tadrart ou Tassili N'Ajjerhtt...

La journée type dans les Tassilis du Hoggar

Réveil naturel grâce aux premiers rayons du soleil, vers 7h. Mais oui, on est bien en plein milieu du désert, on a dormi à la belle étoile, emmitouflé dans son sac de couchage, car il fait frais la nuit. On a bien quelques courbatures car les petits matelas reposant à même le sol ne sont guère épais mais on a vite oublié tout cela, tant la sensation de pureté nous envahit.

Rapide "toilette", on se salit très peu dans le désert...

Pas de bruits, si ce n'est le chuchotement de nos accompagnateurs algériens, déjà réunis autour du feu, nous préparant le petit-déjeuner.

 

 

L'essentiel, c'est d'abord l'eau ! Bien que les équipes en embarquent pas mal au départ de Tam ou de Djanet, pas question de la galvauder. Une autre denrée rare dans le désert est le bois. Les guides utilisent uniquement le bois d'acacia, pour faire chauffer le thé, qui est ici élevé au rang de véritable rituel. 

On le boira en 3 services, de moins en moins fort, et de plus en plus sucré.

 

Après ce repas fortifiant, on se munit d'un petit sac au dos pour les affaires de la journée, et en avant, marche! Ahmed, notre guide touareg, ne possède ni carte, ni boussole, il sent littéralement le désert... Nous déambulons, tantôt sur des crêtes de sable ocre, tantôt au milieu de gigantesques sculptures de grès... c'est magnifique!

Vers midi, miracle! Nous apercevons nos 4x4, qui se sont déplacés, et nous attendent, à l'ombre, pour le lunch.

 
 

Mohamed, le cuisinier, nous concocte des salades rafraîchissantes en un tour de main.

Après une sieste bien méritée, à l'ombre des pitons de grès, nous repartons, soit pour une nouvelle marche, soit nous empruntons nos gros 4X4, totalement increvables ! Ils nous emmèneront dans un autre lieu où cet équilibre entre sable et grès, nous laisse pantois. Nous choisirons méticuleusement notre endroit de bivouac, toujours avec une vue inouïe.

Mohamed nous préparera un dîner, à base de légumes, de viandes grillées, et de taguella, galette de semoule de blé, la pâte étant pétrie, puis cuite dans le sable, sous la cendre du feu de bois. Puis, nous nous endormirons à l'hôtel 1000 étoiles, en scrutant cette voûte étoilée, qui représente un des plus grandioses spectacles qu'il nous est possible de contempler sur terre…

Un désert, c'est loin d'être vide!

La nature est là, sous-jacente. Mais il faut être attentif pour la percevoir. De très nombreuses traces nous révèlent la proximité d'animaux étonnamment à l'aise dans ce milieu, apparemment hostile : scarabées et sauterelles mais aussi lapins, bouquetins, chacals ou fennecs (le fameux renard des déserts).

 
   
   
 
   

Lors de notre passage dans le Hoggar, en janvier, on nous a raconté qu'il avait plu abondamment pendant 3 jours en octobre. Les précédentes pluies dans la région remontaient à... 3 ans!

Mais les graines des plantes étaient patientes et se sont ruées sur les gouttes de liquides providentielles, permettant alors au désert de nous offrir quelques belles taches vertes de-ci, de-là. Les herbes, les acacias, certains figuiers, mais aussi les coloquintes dont raffolent les chèvres et les dromadaires, nous ont parus totalement incongrus au milieu de cet univers minéral...

On peut alors repérer des "gueltas", points d'eau entre les oueds (lits) desséchés qui attirent nombre de créatures… dont l'homme!

Les peintures rupestres

On trouve de très nombreuses oeuvres rupestres dans le Sud algérien. Les plus spectaculaires et peut-être les plus belles se trouvent dans le Tassili n'Ajjer, vers la Libye. Ces peintures néolithiques sont datées de 5.000 à 10.000 ans avant notre ère. Elles représentent le plus souvent des scènes de chasse ou de culture. A cette époque, le rhinocéros et la girafe gambadaient dans la région! La désertification est donc un phénomène très récent, à l'ère géologique.


 

La Méharée

Ce sont alors les dromadaires qui serviront de moyen de transport. Ceci a comme avantage, d'éviter ce symbole de la vie "occidentale" qu'est la voiture! 

La sensation d'un moment rare, voir hors du temps, est alors encore exaltée... Un petit temps d'apprentissage est nécessaire pour "dompter" sa monture mais cela va relativement vite...

 
 

et puis, c'est à la fois instructif et amusant. Le massif de l'Atakor se prête particulièrement bien à ce type de déplacement.

Quel contraste face à nos gaspillages quotidiens ! Toutes les agences sérieuses adhèrent à certaines chartes de "Désert Propre", permettant par un comportement responsable, de souiller le moins possible, cette nature vierge. On s'y déplace par petits groupes de plus ou moins 10 personnes.