Vous êtes ici >>> ACCUEIL LE PAYS L'Algerie Histoire Algérie de 1830 à 1962
_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Formulaire d'Identification




"Il y a souvent plus de stupidité que de courage dans une constance apparente. "

Jean-Jacques Rousseau


Qui est en ligne ?

Nous avons 107 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui61
mod_vvisit_counterHier235
mod_vvisit_counterCette semaine61
mod_vvisit_counterSemaine dernière2115
mod_vvisit_counterCe mois5020
mod_vvisit_counterMois dernier3233
mod_vvisit_counterDepuis le début569896

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Mardi 24 Juillet 2018
à 20:15
Histoire d'Algérie de 1830 à 1962
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 

Le 31 Janvier 1830, le gouvernement français, dirige par M. Polignac, décida de lancer une expédition contre l'Algérie. Il avança un certain nombre de raisons pour justifier cet acte : il s'agissait de punir l'Algérie dont le dey avait insulte le consul de France donc froisse l’honneur français en lui portant un coup de son chasse-mouches lors d’une audience diplomatique.
Mais il y avait d’autre motifs, rehausser le prestige du régime impopulaire de Charles X ; éviter le remboursement du prêt que l'Algérie avait consenti a la France lors du blocus Anglais de 1794 ; rivaliser avec les puissances européennes, et en particulier avec l’Angleterre, pour la création d’un nouvel empire.

Le corps expéditionnaire, commande par le maréchal de Bourmont, comptait 37000 hommes dont 31000 fantassins embarquent à Toulon sur 675 bâtiments avec des provisions pour quatre mois. Le 14 juin 1830, les opérations de débarquement commencèrent à sidi Ferruch.
Après des combats acharnés et de lourdes pertes subies de part et d’autre, le gouvernement Algérien capitula le 5 Juillet 1830.
Le chef de l'état algérien, le dey, et le maréchal de Bourmont, commandant en-chef de l’armée française, signèrent la convention d’Alger. L’article 5 de cet accord garantissait le libre exercice de la religion musulmane, la liberté de toutes les classes d’habitants, leur religion, leurs propriétés, leur commerce, leur industrie, et enfin le respect absolu des femmes algériennes. L’article 2 spécifiait que les coutumes algériennes seraient respectées, et interdisait en particulier aux soldats français d’entrer dans une mosquée Algérienne.

Après la prise d'Alger par l'Armée française en 1830, l'administration française commença à réfléchir aux moyens de renforcer la présence française et de lui donner une assise. Cela ne pouvait être réalisé qu'à travers la main mise militairement et civilement organisée sur une vaste échelle en vue de créer une base territoriale et administrative en encourageant l'immigration de colons pour asseoir la base démographique visant à appuyer la force militaire et faciliter ainsi le processus de déstructuration sociale, économique et culturelle de la société algérienne.
C'est ainsi que dès les premières années de l'occupation, l'Administration avait entamé une politique sauvage et étendue d'implantation de colonies pour laquelle elle mobilisa tous les moyens matériels, humains, militaires et civils, parallèlement à la mise en place des infrastructures indispensables tels que les voies de communication, barrages, canalisations et la fourniture des aides et la participation à la mise en place des institutions financières.
Dans cette optique, les dirigeants français se mirent à rivaliser d'ardeur pour servir la politique de colonisation sans laquelle ils ne pouvaient pas se stabiliser en Algérie.
Sous le régime militaire, La colonisation s'était distinguée de celle qui avait prévalu sous le régime civil par certaines caractéristiques et certaines spécificités liées à la nature de l'étape et ses conditions externes et internes.