Vous êtes ici >>> ACCUEIL LES NEWS Alger
_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Formulaire d'Identification




"Ce qui est terrible, ce n'est pas de souffrir ni de mourir, mais de mourir en vain. "

Jean-Paul Sartre


Qui est en ligne ?

Nous avons 51 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui197
mod_vvisit_counterHier219
mod_vvisit_counterCette semaine655
mod_vvisit_counterSemaine dernière1822
mod_vvisit_counterCe mois5385
mod_vvisit_counterMois dernier5873
mod_vvisit_counterDepuis le début859707

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Vendredi 15 Juin 2018
à 20:24
News - Alger
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

  • Quatre jours après l’Aïd : Les boulangeries toujours fermées

    Quatre jours après la fin de la fête de l’Aïd, la capitale peine à retrouver ses activités commerciales habituelles. Hormis les commerces d’alimentation générale et ceux des fruits et légumes en proportion moindre, les cafés, les restaurants et surtout les boulangeries, n’ont en majorité pas ouvert. Dans les communes de l’est de la capitale, il était jusqu’à hier soir impossible de trouver du pain. Toutes les boulangeries étaient fermées, notamment celles qui se trouvent sur les axes principaux. La situation s’est répercutée sur les commerces d’alimentation générale qui avaient l’habitude jusqu’ici de vendre du pain. La rupture en approvisionnement de ces commerces a créé une pénurie générale qui a touché également les variétés de pain commercialisés exclusivement dans les supérettes et autres commerces d’alimentation générale. «Cela fait presque six jours que nous n’avons pas été approvisionnés en pain. La boulangerie avec laquelle nous travaillions a fermé durant la fête de l’Aïd El Fitr, nous sommes mardi et n’a toujours pas ouvert. Nos clients se sont rabattus sur les pains qui, d’habitude, s’écoulent difficilement, tel que le pain casse-croûte ou le pain de mie», confie un gérant d’une supérette à Bordj El Bahri. Au centre-ville, la plupart des restaurants et des cafés ont prolongé leur congé. Les employés des administrations et autres institutions, qui ont repris leur travail dès dimanche, trouvent d’énormes difficultés pour se restaurer, «à midi nous avions l’habitude de manger chez un restaurateur qui se trouve à Hassiba Ben Bouali. Cela fait trois jours que nous venons pour nous restaurer, mais on le trouve toujours fermé», déplore un employé de banque. Dans les rues et venelles qui se trouvent en face de la place du 1er Mai, pratiquement tous les restaurants et cafés sont fermés depuis le vendredis, le premier jour de l’Aïd El Fitr. A midi, les quelques restaurants et gargotes qui ont repris le travail ont été littéralement pris d’assaut par des dizaines d’employés. «Une capitale comme Alger ne devrait pas être comme ça. Quel que soit l’événement fêté, les commerces doivent ouvrir. Non seulement ils ne l’ont pas fait, mais ils n’ont pas assuré la permanence durant les deux jours de la fête de l’Aïd. Ils ont également prolongé leur congé jusqu’en fin de semaine», soutient-il.



  • Près de 200 jeunes attendus à Alger

    Plus de 200 jeunes porteurs d’idées innovantes issus de toutes les régions du pays et de la communauté algérienne établie à l’étranger, en plus de dix start-up, participeront les 26 et 27 juin au niveau de Dounia Parc, à Alger, à un «hackathon» (concours de solutions innovantes) et à une «start-up compétition», ont indiqué les organisateurs. «Le hackathon et la start-up compétition, faisant partie du projet ‘‘smart city’’ et de la conférence internationale des villes intelligentes, auront lieu en parallèle avec la tenue du sommet international à Alger, avec la participation de centaines de jeunes qui vont concourir dans le développement d’idées innovantes en relation avec la ‘smart city’ (assainissement d’eau, trafic routier énergie, etc.)», a affirmé l’un des organisateurs de ces compétitions, Asia Zemir, dans une déclaration. Les deux finales du hackathon et de la start-up compétition, organisées par la wilaya d’Alger en collaboration avec l’Ecole nationale supérieure de l’informatique, auront lieu le 28 juin courant (deuxième jour du sommet international des villes intelligentes) au niveau du Centre international de conférences (CIC), a ajouté Mme Zemir, également représentante du club scientifique de l’Ecole nationale supérieure de l’informatique. Le sommet international des villes intelligentes (prévu les 27 et 28 juin courant), unique en son genre en Algérie et dans les pays émergents, verra aussi la participation de 150 experts internationaux, incluant des sommités mondiales en technologie, finances, industrie et autres. De nombreuses métropoles comme Paris, Séoul, Caracas, Kigali, San Francisco, Vancouver ou encore Londres, seront représentées par leurs décideurs et feront le déplacement à Alger pour ouvrir de potentielles voies de collaboration. Les institutions et organisations internationales telles que la NASA, le Forum économique mondial, La Banque islamique de développement, la Banque mondiale, les Nations unies ou encore les institutions universitaires, telles que le MIT ou l’université de Toronto, ainsi que des acteurs technologiques de la Silicon Valley et d’autres hubs technologiques, se joindront également à ce sommet.



  • Lancement de l’application numérique Guide d’Alger

    Une application numérique appelée «Guide d’Alger», entrant dans le cadre de la promotion du tourisme dans la capitale, sera lancée au cours de cette semaine, à l’occasion de la tenue du sommet international des «smart cities» (villes intelligentes), prévu les 27 et 28 juin, a annoncé, hier, la responsable des investissements des projets «Alger smart-ville et start-up», Fatiha Slimani. «Cette application numérique Guide d’Alger, première du genre dans la capitale, va permettre aux touristes et aux visiteurs locaux d’avoir des informations en temps réel et de localiser tous les lieux que renferme la capitale, y compris les hôtels, les restaurants, les jardins, les musées et même les différentes ruelles d’Alger», a précisé Mme Slimani, lors d’une rencontre avec les représentants des secteurs participant à la préparation du sommet, dont des universités à vocation technologique. Le jeune concepteur de cette application numérique, Karim Boukhemikham, a expliqué que cette «application mobile viendra en complément des outils déjà mis en place pour la promotion touristique de la capitale». «Grâce à cette application l’information deviendra accessible à toute heure et quel que soit le lieu où la personne sera localisée. L’utilisateur bénéficiera en temps voulu d’informations pertinentes et du même coup appréciera la haute qualité du service qui lui sera proposé. La mise en place d’options adaptées à l’utilisateur peut constituer un vecteur supplémentaire de satisfaction pour l’utilisateur», a souligné le créateur de l’application. Selon Mme Slimani, également conseillère à la wilaya d’Alger, lorsqu’il a été décidé de la tenue du sommet international des «smart cities» à Alger, les services de la wilaya ont entamé une opération de mise à niveau de tous les secteurs au niveau de la capitale, y compris ceux du tourisme et du transport, avec la participation active de représentants des ministères et des différentes structures, à l’instar de l’aéroport d’Alger, où plusieurs distributeurs de change seront mis en place 24h/24 à l’occasion de ce sommet international. «La participation de jeunes étudiants bénévoles, issus tous de différentes universités à vocation technologique, à l’instar de l’Ecole polytechnique, de l’Ecole supérieure d’informatique et de l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme, va apporter un plus à ce sommet», a-t-elle estimé, affirmant, à ce sujet, que «ces bénévoles ne sont pas uniquement des trilingues mais peuvent, aussi, par leur formation technique, accompagner les visiteurs étrangers». Rappelons que plus de 4000 participants nationaux et internationaux activant dans les domaines des technologies modernes et des start-up, ainsi que des leaders dans l’investissement des villes intelligentes, seront au rendez-vous à ce sommet, qui verra l’organisation, par ailleurs, de deux compétitions, dont un «hackathon» (compétition de jeunes porteurs d’idées innovantes). Ce sommet, unique en son genre en Algérie, mais également dans les pays émergents, verra aussi la participation de 150 experts internationaux, incluant des sommités mondiales en technologie, finances, industrie et autres. De nombreuses métropoles comme Paris, Séoul, Caracas, Kigali, San Francisco, Vancouver ou encore Londres, seront représentées par leurs décideurs, qui feront le déplacement à Alger pour ouvrir de potentielles voies de collaboration. Tous ces invités prestigieux discuteront des tendances actuelles, des défis et des finalités attendues de la création de villes plus intelligentes et partageront les expériences liées aux technologies et aux écosystèmes smart city.  C’est notamment une opportunité d’intéresser la diaspora algérienne en lui facilitant la voie de l’entrepreneuriat dans les nouvelles technologies, d’une part, et d’encourager, d’autre part, les compétences des entreprises et des start-up locales dans leurs efforts d’innovation. Les institutions et organisations internationales, telles que la NASA, le Forum économique mondial, La Banque islamique de développement, la Banque mondiale, les Nations unies, ou encore les institutions universitaires, telles que le MIT ou l’université de Toronto, ainsi que les acteurs technologiques de la Silicon Valley et d’autres hubs technologiques se joindront également à ce sommet.



  • 24 heures

    Baccalauréat 2018  : Mobilisation de 2000 policiers pour la sécurisation des examens La sûreté de wilaya d’Alger a mobilisé 2000 policiers de différents grades et spécialités pour la couverture sécuritaire des examens du baccalauréat, prévus du 20 au 25 juin en cours, a indiqué un communiqué de la sûreté de wilaya d’Alger. Pas moins de 2000 policiers de différents grades et spécialités ont été mobilisés pour assurer, tout au long des 5 jours d’épreuves, la sécurisation de 167 centres d’examen, 5 centres de correction et 2 de collecte de copies, ajoute la même source. Par ailleurs, tous les dispositifs de prévention ont été mis en place pour faciliter la circulation à proximité des centres d’examen et assurer la sécurité des candidats à travers des points de contrôle fixes et d’autres mobiles en vue de la réussite de toutes les conditions réunies pour le bon déroulement des épreuves du baccalauréat à travers tout le territoire de la wilaya d’Alger. Les patrouilles pédestres et mobiles seront intensifiées à cette occasion.   Ben Zerga, à Bordj El Kiffan  : Route dégradée et travaux bâclés   L’état de dégradation des routes dans certains quartiers de Ben Zerga, à l’est de la capitale, pénalise les habitants et les automobilistes qui mettent à rude épreuve leur véhicule. «C’est un chemin de wilaya, en l’occurrence le 149. Cependant, la dégradation a affecté une grande partie de cet important axe routier, si bien que le déplacement des voitures est rendu difficile», confie un habitant, et de déplorer : «La route a été rafistolée à plusieurs reprises, mais le bitume finit par se décoller et les nids-de-poule reviennent de plus belle, car les travaux ont été bâclés». Outre le chemin de wilaya, la majeure partie des routes secondaires sont dans un état de délabrement très avancée, rendant dans la plupart des cas la circulation des voitures, et même celle des piétons, impossible, voire périlleuse. Les habitants de ce quartier, longtemps délaissé par les autorités locales, demandent l’intervention de ces dernières pour lancer des travaux de revêtement en bitume en vue d’améliorer leur cadre de vie qui est très altéré.  



  • Organisation de deux compétitions pour les jeunes start-up

    Deux compétitions de haute envergure impliquant des start-up et des jeunes Algériens, y compris ceux issus de la diaspora, porteurs d’idées innovantes, auront lieu à l’occasion de la tenue du sommet international des «smart cities» (villes intelligentes), prévu les 27 et 28 juin à Alger, a-t-on appris auprès des organisateurs. Plus de 4000 participants nationaux et internationaux activant dans les domaines des technologies modernes et des start-up, ainsi que des leaders dans l’investissement des villes intelligentes, seront au rendez-vous à ce sommet qui verra l’organisation de deux compétitions, dont un «hackathon» (compétition de jeunes porteurs d’idées innovantes), a indiqué, la conseillère à la wilaya d’Alger et responsable des investissements des projets Alger smart-ville et start-up, Fatiha Slimani. Elle a précisé, à ce sujet, que «les lauréats bénéficieront de cadeaux prestigieux». «Ce sommet, unique en son genre en Algérie, mais également dans les pays émergents, verra aussi la participation de150 experts internationaux, incluant des sommités mondiales en technologies, finances, industrie et autres», a souligné la responsable. «De nombreuses métropoles comme Paris, Séoul, Caracas, Kigali, San Francisco, Vancouver, ou encore Londres, seront représentées par leurs décideurs, qui feront le déplacement à Alger pour ouvrir de potentielles voies de collaboration», a-t-elle poursuivi. Il y a lieu de citer, parmi ces experts qui seront présents lors de ce sommet, le Dr Sumit Chowdhury, auteur à succès de livres de gestion et PDG de Gaia Smart Cities, spécialisé dans l’économie numérique, l’analyse des télécommunications et de l’information, ainsi que la responsable des régions d’affaires d’Oslo et fervente supportrice de l’innovation et de l’entrepreneuriat, Silje Bareksten. Il y aura, également, le professeur Rajendra Pratap Gupta, éminent spécialiste des politiques publiques et contributeur aux Nations unies, et Rabah Arezki, économiste en chef pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) au niveau de la Banque mondiale et aussi auteur de nombreuses revues universitaires et co-auteur de livres portant sur des sujets divers, comme l’environnement, les pays riches en ressources, les institutions, le capital humain, l’innovation, ainsi que la croissance économique. «Tous ces invités prestigieux discuteront des tendances actuelles, des défis et des finalités attendues de la création de villes plus intelligentes et partageront les expériences liées aux technologies et aux écosystèmes ‘‘smart cities’’. C’est notamment une opportunité d’intéresser la diaspora algérienne en lui facilitant la voie de l’entrepreneuriat dans les nouvelles technologies, d’une part, et d’encourager, d’autre part, les compétences des entreprises et des start-up locales dans leurs efforts d’innovation», a souligné Mme Slimani. Les institutions et organisations internationales, telles que la NASA, le Forum économique mondial, La Banque islamique de développement, la Banque mondiale, les Nations unies, ou encore les institutions universitaires, telles que le MIT ou l’université de Toronto, ainsi que les acteurs technologiques de la Silicon Valley et d’autres hubs technologiques se joindront également à ce sommet, a-t-elle annoncé.  



  • Arrestation de 4 individus et saisie d’un kg de cannabis

    Quatre (4) suspects impliqués dans trois (3) affaires similaires liées au trafic de drogue et de psychotropes et à la constitution d’une bande de malfaiteurs ont été arrêtés par les services de  la sûreté de wilaya d’Alger, qui ont saisi également près d’un kg de cannabis, 440 comprimés de psychotropes et 50 certificats médicaux vierges et cachetés, ont indiqué les mêmes services dans un communiqué. L’opération s’est soldée par la saisie de 930 g de cannabis, 440 comprimés psychotropes, ainsi qu’un montant de 35 millions de centimes (recettes du trafic), 3 portables et 50 certificats médicaux vierges et cachés, a précisé le communiqué. Les première et deuxième affaires, liées au trafic de drogue et de psychotropes ont été actionnées au niveau des services de sûreté de la circonscription administrative d’Hussein Dey. La première affaire porte sur l’exploitation d’une information selon laquelle une personne s’adonnait au trafic de drogue et de psychotropes dans un quartier. Après avoir été pris en filature, le mis en cause a été arrêté et soumis à la fouille corporelle par les services de police qui n’ont rien trouvé en sa possession, explique-t-on de même source. Après la perquisition du domicile du mis en cause en vertu d’un mandat de perquisition, les éléments de police ont trouvé 500 g de cannabis (kif traité), 80 comprimés de psychotropes, un montant de 21,5 millions de centimes et 50 certificats médicaux vierges et cachetés, ajoute le communiqué. La deuxième affaire a été élucidée par une patrouille de la brigade de la police judiciaire dans le secteur de compétence, lorsqu’un individu ayant des antécédents judicaires s’apprêtait à remettre un sac en plastique suspect à un chauffeur de taxi. Les deux individus ont été interpellés avec en leur possession 430 g de cannabis et 3 portables. La troisième affaire traitée concerne la constitution d’une bande de malfaiteurs spécialisée dans le trafic de psychotropes, lorsqu’un véhicule de tourisme à bord duquel se trouvaient deux individus ayant des antécédents judiciaires a attiré l’attention des éléments de police dans le secteur de compétence. La fouille du véhicule a permis la découverte d’un sac en plastique dans le siège arrière contenant 360 comprimés de psychotropes. Un montant de 87 000 DA a été trouvé sur le premier mis en cause et 46 000 DA sur le deuxième suspect. Après le parachèvement des procédures légales, les mis en cause ont été présentés devant le procureur de la République territorialement compétent.



  • Le dispositif mis en place n’a pas été respecté

    Pendant l’Aïd El Fitr, 99% des commerçants ont assuré la permanence à travers 13 circonscriptions administratives de la capitale durant la matinée du premier jour de l’Aïd, a indiqué Dehhar Ayachi, représentant de la direction du commerce de la wilaya d’Alger.  «Le taux de suivi des commerçants devant assurer la permanence a atteint durant la matinée du premier jour de l’Aïd El Fitr 99,93%», a précisé M. Dehhar. D’après le même responsable, les agents de contrôle et de répression de la fraude de la direction ont relevé trois infractions dont deux concernant des locaux d’alimentation générale et un marchand de fruits et légumes dans la circonscription administrative de Dar El Beïda. 92 équipes relevant de la direction, composées de 184 agents des différents corps de la répression des fraudes et du contrôle économique sont chargées de constater le respect des permanences fixées pour l’Aïd El Fitr. Ce taux «satisfaisant» a été atteint grâce aux «campagnes de sensibilisation, au contrôle et à la rigueur dans l’application de la loi», a-t-il dit. Par rapport à l’Aïd El Fitr précédent, le nombre des locaux devant assurer la permanence a augmenté de 7,33% pour couvrir les différents quartiers, y compris les nouvelles agglomérations. 4594 opérateurs économiques et commerçants, sur un total de 8779 inscrits à Alger, ont été mobilisés pour assurer la permanence pendant l’Aïd, selon les services du commerce de la capitale. Ces services soulignent, à travers la décision de wilaya n° 4191 datée du 20 mai 2018 portant organisation de la permanence des commerçants et opérateurs économiques durant l’Aïd El Fitr en 2018 et celle de l’indépendance et de la jeunesse du 05 juillet 2018, «l’obligation» pour les commerçants concernés par la permanence de respecter l’organisation. Cependant, ces statistiques rendues publiques par la direction du commerce ne reflètent pas toute la réalité, car il est impossible voire chimérique de contrôler tous les commerces qui activent dans la capitale et qui sont soumis à l’obligation d’assurer la permanence avec seulement 184 agents de contrôle. Est-il possible pour ce nombre restreint d’agents de contrôler 4594 commerces en une demi-journée seulement ? Certainement pas. A Bordj El Bahri, pour ne citer que cette commune, il était impossible pour les habitants de trouver une baguette de pain durant toute la journée du vendredi. «Cela fait une heure que j’essaye d’acheter du pain, mais en vain. Toutes les boulangeries sont fermées. C’est la même chose pour les autres produits alimentaires», déplore un habitant de la commune. S’agissant de l’obligation des APC d’afficher la liste des commerçants devant assurer la permanence durant l’Aïd, la majorité des APC n’ont pas respecté cette directive, du moins dans les APC de Heuraoua, Aïn Taya, Bordj El Kiffant et Bordj El Bahri. Par ailleurs, des commerçants désignés pour assurer la permanence affichent des dérogations spéciales qu’ils obtiennent on ne sait par quel tour de magie. «Ces autorisations sont tout simplement obtenues auprès de connaissances qui travaillent au niveau de la direction du commerce, si elles ne sont pas carrément achetées», confie un buraliste qui a ouvert pendant le premier jour de l’Aïd. Les infractions relevées par les agents de contrôle de la direction du commerce et qui sont au nombre de trois ne reflètent certainement pas la réalité.



  • Des ascenseurs en panne à l’abandon

    Les habitants du bâtiment C4 du site AADL de Zerhouni Mokhtar (ex-Les Bananiers) interpellent la direction générale et les responsables de l’entretien de ce promoteur sur la situation d’abandon des ascenseurs. Les habitants vivent un véritable cauchemar avec la panne des deux ascenseurs. La situation est «intenable», puisque les deux ascenseurs sont en panne. L’un de ces appareils est hors  service depuis au moins dix ans «sans que cela suscite l’intérêt des responsables concernés», constate un résident de l’immeuble. «Le deuxième ascenseur est à l’arrêt depuis près d’un mois, la situation est difficile pour les habitants dont la mobilité est ainsi réduite pour raison de santé», ajoute le résident. Ce qui dérange le plus est le fait qu’il n’y a aucune réponse de la direction aux réclamations des habitants. «Nous constatons que les mises en demeure arrivent à peine le délai de paiement dépassé, mais pour l’entretien des parties communes et l’hygiène conformément au contrat nous liant avec l’AADL, aucune suite n’est donnée concernant les pannes», fulmine un autre habitant du site. A souligner que les pannes d’ascenseurs et les retards d’intervention des techniciens de l’AADL figurent parmi les préoccupations exprimées de manière récurrente par les habitants de ce site. C’est une situation qui est vécue dans une grande partie des sites AADL. Une charge mensuelle dédiée à l’entretien est pourtant versée obligatoirement.  En 2015, L’AADL a fait appel à des entreprises privées de sous-traitance pour l’entretien des ascenseurs et des autres parties communes ainsi que pour l’hygiène et l’embellissement des sites, mais les effets tardent à être constatés sur le terrain.   



  • Célébration de l’Aïd avec des personnes âgées et des enfants malades

    Le commissariat des Scouts musulmans algériens (SMA) de la wilaya d’Alger a organisé vendredi, premier jour de l’Aïd, une visite aux enfants malades au niveau du CHU Mustapha Bacha et aux personnes âgées du centre de Sidi Moussa, où des cadeaux symboliques leur ont été offerts afin de leur permettre de partager un moment de bonheur, et ce, dans le cadre de la stratégie de solidarité adoptée par le commandant général des SMA. La célébration du premier jour de l’Aïd El Fitr au service de pédiatrie du CHU Mustapha Bacha a été marquée par une ambiance festive très particulière créée par les jeunes scouts relevant du commissariat des SMA de la wilaya d’Alger. La même ambiance de fête a été relevée au niveau du centre pour personnes âgées de Sidi Moussa, qui abrite 101 pensionnaires  entre hommes et femmes, lesquels viennent de différentes wilayas d’Algérie. Des cadeaux symboliques ont été également attribués au profit de cette frange de la société qui a apprécié l’initiative. Dans une déclaration à l’APS, le commissaire des SMA de la wilaya d’Alger, Rachid Boudina, a souligné, à cette occasion, que ces visites de solidarité s’inscrivent dans le «cadre des initiatives de concrétisation des valeurs de solidarité dans la société algérienne et de la contribution des SMA dans l’action citoyenne». D’autres actions caritatives ont été organisées, ayant impliqué  91 groupes de scouts, au niveau des différents services de pédiatrie au sein des hôpitaux, des centres pour personnes âgées et de l’enfance, et ce, dans le cadre de la stratégie du commandement général des SMA et de la solidarité avec ces catégories de la population, a-t-il ajouté. Outre ces activités plurielles, les groupes SMA ont  effectué le deuxième jour de l’Aïd el Fitr des visites similaires à d’autres centres pour personnes âgées, dont celui de Bab Ezzouar, selon la même source.



  • Distribution de cadeaux aux patients

    Les services de la sûreté de wilaya d’Alger ont organisé, jeudi dans la matinée, à l’occasion de l’Aïd El Fitr, une visite de proximité aux patients de l’Etablissement hospitalier de la Sûreté nationale (EHSN) «Les Glycines» et du CHU «Mustapha Bacha», où des cadeaux ont été distribués aux enfants, a indiqué le chargé de communication, le lieutenant, Mouloud Ibaâzaten. Cette visite aux l’EHSN «Les Glycines» et au service d’oncologie du CHU Mustapha Bacha a été effectuée par des cadres de police de différents grades, qui ont remis des cadeaux symboliques aux enfants, tandis que les adultes ont eu droit à des coupes de cheveux réalisées par des coiffeurs relevant des services de la sûreté de wilaya. Ce genre de visites sont effectuées durant les derniers jours du Ramadhan à travers les différents établissements sanitaires, en application des orientations du commandement général de la Sûreté nationale, qui «incite à l’action de proximité et à la solidarité avec les différentes catégories de la société», selon le lieutenant Ibaâzaten. Par ailleurs et dans le cadre de la célébration de l’Aïd El-Fitr, les mêmes services de la sûreté ont tracé un programme de sécurité global en vue de veiller à la sécurité des citoyens et de préserver la quiétude sur l’ensemble du territoire de la wilaya.