Vous êtes ici >>> ACCUEIL LES NEWS Belabes
_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Formulaire d'Identification




"Tu dois devenir l'homme que tu es. Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même. "

Friedrich Nietzsche


Qui est en ligne ?

Nous avons 87 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui202
mod_vvisit_counterHier219
mod_vvisit_counterCette semaine660
mod_vvisit_counterSemaine dernière1822
mod_vvisit_counterCe mois5390
mod_vvisit_counterMois dernier5873
mod_vvisit_counterDepuis le début859712

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Vendredi 15 Juin 2018
à 20:24
News - Belabes
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

  • Sidi Bel Abbès : L’Association des arts plastiques El Basma dénonce

    Activant depuis une vingtaine d’années à Sidi Bel Abbès, l’Association El Basma des arts plastiques vient d’exprimer, par la voix de son président Farid Daz, son ras-le-bol face à l’intolérable exclusion dans laquelle elle a été inexplicablement confinée depuis quelques années déjà. Dans un document explicatif, dont une copie a été remise au bureau d’El Watan, l’association met particulièrement à l’index la direction de la culture à laquelle elle reproche, en premier lieu, l’absence de communication. Une carence illustrée par l’étrange mutisme de cette direction qui, selon El Basma, ne daigne même pas répondre aux multiples lettres qui lui sont régulièrement adressées par l’association. Apparemment au bord de l’asphyxie, celle-ci n’hésite pas à dénoncer le manque cruel de soutien financier dont elle est privée depuis l’année 2015. L’association s’interroge, par ailleurs, sur la gestion et l’exploitation de la fameuse galerie d’arts Nouara qui, hormis quelques rares expositions picturales qui y sont organisées occasionnellement, demeure incompréhensiblement boudée par bon nombre d’artistes-peintres. De ce fait, l’association, qui se trouve contrainte de geler ses activités, en appelle expressément aux autorités locales et centrales pour remédier à cette situation qu’elle qualifie de fort préjudiciable à toute action de promotion et de vulgarisation des arts plastiques. Elle revendique, en conclusion, la réhabilitation du conseil consultatif culturel qui n’est, depuis quelques années, que l’ombre de lui-même.    



  • 10 ans de réclusion à l’encontre de trois dealers

    Le tribunal correctionnel de Sidi Bel Abbès vient d’infliger une peine de 10 ans de réclusion à trois narcotrafiquants pour détention et commercialisation de drogue. Agés entre 36 et 52 ans, les prévenus avaient été trouvés, par la brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants, en possession de quelque 600 grammes de kif traité qu’ils s’apprêtaient à écouler sur le marché local. La quantité de drogue avait été découverte lors de perquisitions aux domiciles des mis en cause. Outre la quantité de drogue, les enquêteurs ont saisi une somme de vingt mille dinars provenant du narcotrafic. Après les formalités d’usage, les dealers avaient été aussitôt déférés devant le tribunal de Sidi Bel Abbès.                



  • Plaidoyer pour la réduction des droits de douane sur les matières premières

    Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a réaffirmé, hier, à Sidi Bel Abbès, toute la disponibilité de son département à accompagner les opérateurs économiques à se déployer à l’international.  «L’institution de taxes additionnelles provisoires applicables aux marchandises importées, dans le cadre de la loi de finances complémentaire, vise essentiellement à encourager la production nationale et à relancer l’exportation», a-t-il indiqué lors d’un point de presse tenu en marge de la visite qu’il a effectuée au niveau de l’exploitation agricole de la compagnie algérienne Traiding Mitidja (CATM), sise dans la localité de Tabia. M. Djellab a, à cette occasion, rappelé que le droit additionnel provisoire de sauvegarde vise à décourager l’importation des produits finis existant en Algérie et à consolider la production nationale. Intervenant en marge d’une séance de présentation du Groupe Chiali, spécialisé dans la transformation des produits plastiques, le ministre du Commerce a affirmé que les efforts de l’Etat en matière d’allègement de droits douaniers se poursuivront au profit des sociétés exportatrices de produits finis. Tewfik Chiali, président de l’Association des fabricants de tubes en plastique (AFTP), a, à ce propos, appelé à la révision du taux (5%) des droits de douane applicable aux matières premières (PE et PVC) en provenance de pays arabes. «La révision des droits de douanes devrait relancer le secteur et contribuer à la préservation de l’emploi. L’industrie plastique contribue à développer des segments névralgiques tels que le raccordement au gaz de ville, aux réseaux d’eau potable et à l’irrigation», a souligné M. Chiali, précisant que l’AFTP regroupe 400 fabricants de tubes en plastique et emploie plus 10 000 salariés.  



  • L’Education recrute des enseignants

    Plus de 7000 candidats ont participé au concours organisé, hier, à Sidi Bel Abbès, pour le recrutement de quatorze enseignants pour le compte du cycle primaire. Les candidats qui seront retenus seront affectés dans différents établissements primaires pour y enseigner la langue arabe, l’amazigh et le français. Les postes pédagogiques à pourvoir sont répartis, cette année, à raison de neuf pour l’enseignement de la langue arabe, un pour l’amazigh et quatre pour le français. A l’issue du concours, les lauréats devraient subir une session de formation pédagogique préparatoire qui leur sera dispensée à l’Institut de technologie de l’éducation. Parallèlement au volet pédagogique, le secteur de l’éducation a organisé un concours de recrutement de cadres au profit des différents services administratifs scolaires (sous-intendants, aides-laborantins, etc.). Pour ce faire, le secteur a ouvert 20 centres abritant les concours de recrutement du personnel pédagogique et administratif.   



  • Sidi Bel Abbès : Cap sur l’intégration de la pisciculture dans l’agriculture

    Le processus d’intégration graduelle de la pisciculture dans le secteur agricole poursuit son petit bonhomme de chemin à Sidi Bel Abbès, permettant ainsi aux fellahs de se découvrir une autre vocation. Une session de formation vient, en effet, d’être initiée par la direction de la pêche et des ressources halieutiques pour le compte d’une centaine d’agriculteurs issus de diverses communes de la wilaya. Encadré par une équipe de spécialistes, le cycle de formation se subdivise en divers cours théoriques et pratiques devant permettre aux fellahs de s’imprégner des rudiments de base touchant précisément aux techniques d’élevage de poisson et des conditions d’amélioration et de développement de la production piscicole dans son ensemble. Parmi les principaux thèmes complémentaires programmés tout au long de la session, figurent également ceux inhérents aux modalités de gestion et d’exploitation des bassins d’irrigation agricole et aux moyens à mettre en pratique en vue de tirer le meilleur parti de l’opération d’intégration de la pisciculture dans le secteur de l’agriculture. Selon une source proche de la direction de la pêche et des ressources halieutiques, le programme de formation, qui fait l’objet, au fur et à mesure, de diverses séances d’évaluation, devrait cibler, dans un futur proche, quelque cinq cents agriculteurs activant dans la wilaya de Sidi Bel Abbès.  



  • Sidi Bel Abbès : 52 mineurs impliqués dans des délits en 5 mois

    La brigade de protection de l’enfance relevant de la sûreté de la wilaya de Sidi Bel Abbès a eu à traiter, durant les cinq premiers mois de l’année en cours, 36 affaires criminelles dans lesquelles ont été impliqués 52 mineurs. Les actes délictueux commis par ces derniers sont liés, en grande partie, à des vols, coups et blessures volontaires et autres cambriolages. Déférés devant le tribunal, 11 mineurs ont été placés en centre de rééducation. La brigade de protection de l’enfance a enregistré, durant la même période, 34 affaires portant sur des maltraitances et autres violences dont ont été victimes précisément des mineurs. Par ailleurs, sur 12 mineurs affectés par une situation de détresse psychologique, 8 fugueurs ont été réintégrés dans leur famille, tandis 4 autres ont été placés en centre de rééducation.         



  • Le secrétaire général par intérim contesté

    Nouveau soubresaut, hier, à l’Assemblée communale de Sidi Bel Abbès. Une vingtaine de cadres administratifs en fonction ont appelé, dimanche, par le biais d’une lettre ouverte, à l’éviction du secrétaire général par intérim,   M. Lahbil Abdellah, mis en congé spécial depuis plusieurs mois par la tutelle. Parmi les signataires de la lettre, figurent des chefs de service, des responsables de départements techniques et les responsables des circonscriptions communales de Benhamouda, Adim Fatiha, Boumlik, Larbi Benmhidi, Sidi Djilali et Sakia El Hamra. Il est ainsi reproché à M. Lahbil Abdellah, précédemment responsable du service contentieux à l’APC, de n’avoir pas su «instaurer» un climat de travail apaisé au sein de la municipalité et d’avoir été «incapable» de régulariser plusieurs cadres communaux. Plusieurs autres griefs lui sont également reprochés, à savoir la «marginalisation» de cadres administratifs et des mutations «abusives». Cette levée de boucliers de la part des principaux responsables de l’APC intervient quelques semaines après la protestation organisée par le personnel communal et la mise en demeure adressée par le wali au P/APC le sommant de lancer, avec la plus grande diligence, l’opération de distribution des couffins de Ramadhan et les différents programmes de développement. Cette mise en demeure publiée sur le site officiel de la wilaya et reprise par plusieurs pages Facebbok avait surpris de nombreux observateurs de la scène politique locale. Il faut dire que c’est la première fois qu’un document officiel d’une telle teneur est expressément rendu public sur la Toile. Selon les termes de ce document, le chef de l’exécutif ordonne au maire de mobiliser en l’espace de 48 h tous les moyens matériels et humains afin de relancer les travaux de réfection en ville, sous peine d’application des dispositions des articles 100 et 101 du code communal. Les dispositions de ces deux articles font part précisément de la procédure légale de substitution des pouvoirs. La substitution des pouvoirs consiste à transférer des attributions de gestion de cette collectivité au chef de daïra, en sa qualité de représentant légal du wali. Fait inhabituel, le wali a, dans ce même document, clairement reproché au maire de contrevenir au bon fonctionnement de l’institution publique à travers la désignation d’un fonctionnaire à la place du secrétaire général de l’APC, mis en congé. Face aux griefs portés à son encontre par la tutelle, le maire a depuis préféré ne pas s’exprimer sur ce sujet. L’APC, minée par un conflit qui dure depuis plusieurs mois, se retrouve également confrontée à des dossiers lourds liés essentiellement au foncier. Contacté hier encore, le maire était injoignable.   



  • Sidi Bel Abbès : Prison ferme pour trois malfrats

    Impliqués dans une affaire de vol de véhicules et d’argent, trois individus viennent d’écoper de peines oscillant entre trois et cinq ans de prison ferme prononcées par le tribunal criminel de Sidi Bel Abbès. Des peines assorties d’une amende de 100 000 dinars infligées à chacun des prévenus. La genèse des faits a commencé lorsqu’un citoyen a été amèrement surpris par la disparition de son véhicule à bord duquel se trouvait, du reste, une coquette somme d’argent qu’il venait de retirer d’une agence bancaire de la ville de Sidi Bel Abbès. Fortement ébranlé, l’infortuné se rendit alors au siège de la sûreté urbaine où il déposa plainte. Peu de temps après, le véhicule a été repéré puis intercepté par les policiers alors qu’il circulait, en toute quiétude, dans une commune environnante. Une simple opération de contrôle doublée d’une minutieuse fouille du véhicule recherché, a permis aux éléments de la sûreté non seulement d’identifier les trois occupants, mais de mettre la main sur un montant de quelque 3,5 millions de dinars. Auditionnés, les suspects sont vite passés aux aveux en reconnaissant s’être emparés du véhicule après avoir pris en filature la victime alors qu’elle venait de procéder à un retrait bancaire. Les mis en cause ont été aussitôt déférés devant le parquet de Sidi Bel Abbès pour les griefs d’«association de malfaiteurs» et de «vol qualifié».                                                  



  • Sidi Bel Abbès : L’école Sonis sera réhabilitée

    Tombée depuis longtemps en désuétude, l’ex-école Sonis de Sidi Bel Abbès sera finalement restaurée après avoir été, faute d’entretien, littéralement confinée dans un indicible état d’abandon. Un abandon qui, favorisé par le laxisme et la négligence humaine, s’est soldé, au fil des ans, par la détérioration inéluctable de pans entiers de l’établissement réputé autrefois tant par ses spécificités architecturales que par la qualité de l’enseignement qui y était dispensé. Pour redonner vie à l’édifice, dont les heures de gloire remontent aux années 1970 lorsqu’il fut converti en Institut de technologie de l’éducation (ITE), une opération d’aménagement a été initiée par les pouvoirs publics à l’effet de lui rendre sa vocation d’alors : celle d’assurer la formation du personnel de l’éducation. D’un coût financier estimé à trois millions de dinars, les travaux de réhabilitation du site dont la superficie s’étale sur quelque 7000 mètres carrés, devraient être réalisés dans un délai prévisionnel de 18 mois.           



  • Sidi Bel Abbès : Une campagne de prévention des risques de noyade

    En prévision de la prochaine saison estivale, la Protection civile de Sidi Bel Abbès vient de lancer une vaste opération d’information intitulée «Un été sans dangers» à l’effet de prévenir particulièrement les risques de noyade qui ont occasionné, l’année précédente, la mort de dix personnes, alors qu’en 2018, deux corps sans vie ont déjà été repêchés dans des plans d’eau. Des victimes qui ont fait les frais de l’imprudence conjuguée à la tentation risquée qui, durant la période des grandes chaleurs, s’empare particulièrement des jeunes en quête de baignade. Pour prévenir de tels risques, les équipes de la Protection civile ont pris les devants en programmant plusieurs rencontres de sensibilisation dans des sites abritant précisément des plans d’eau, à l’instar du fameux lac de Sidi Mohamed Ben Ali, du barrage Sarno et autres étangs. S’agissant des incendies de forêt, dont les dégâts ont été estimés, en 2017, à quelque 773 hectares, les actions d’information et de prévention doivent cibler, en premier lieu, les riverains des massifs forestiers réputés sensibles, à l’image de ceux jouxtant les villes de Télagh, Sfisef et Merrine. Les réseaux routiers ne sont pas en reste, puisque la campagne de prévention touchera également les automobilistes et autres usagers de la route auxquels seront fournis des conseils et mesures de précaution pour se prémunir contre les risques d’accidents.