frendeitptrues

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140

Previous ◁ | ▷ Next

Formulaire d'Identification

Qui est en ligne ?

Nous avons 7 invités et aucun membre en ligne

Transport

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 



    Un navire de luxe sera construit par les chinois


    Dans un délai fixé à 26 mois, un groupement d’entreprises chinoise livrera  à la l’ENTMTV un car ferry long de 199,90 mètres et d’une vitesse de 24 nœuds. Le cout du projet est de  175 millions de dollars.   Le contrat a été signé aujourd’hui par le PDG de l’entreprise maritime nationale Entmv et les PDG des deux entreprises chinoises GSI et CSTC en présence du ministre des transports et la représentante de l’Ambassade de Chine à Alger donnant suite à l’attribution du marché en avril 2017. Ce projet entre dans le cadre de la modernisation et le renforcement de sa flotte, l’entreprise nationale ENMTV va acquérir 26 navires pour le transport de containers et de marchandises selon instruction du président de la république, a fait savoir aujourd’hui le ministre des transports qui a annoncé qu’à ce jour, 10 navires ont été acquis alors que 16 navires sont encore en phase de négociations.  La construction du navire par ce groupement chinois, aura une capacité de 1800 passagers et 600 véhicules. Il sera réalisé dans un délai de 26 mois. Il est un peu plus long que Tarek Ibn Ziad car, mesurant 199,90 mètres et une largeur de 29,95 mètres avec une vitesse de 24 nœuds équivalent à 43,68 Km à l’heure. Quant aux commodités internes, le navire disposera de 2 restaurants, un salon de thé, des aires de jeux pour enfants, un espace prière et d’une salle de sport, tout est prévu pour le confort du voyageur. Les cabines 1ere classe auront des salles de bains privées et ce, en plus de 10 suites dont 2 d’entre elles de types présidentielles. Coté technique, le navire bénéficie d’une autonomie en carburant et vivres pour 10 jours offrant en plus des traversées, des croisières en basse saison.Il est garanti 3 ans avec une extension de garantie de 2 ans sur la coque et équipements principaux. Le contrat de construction prévoit par ailleurs la formation de techniciens à la charge du constructeur. Il est également à signaler qu’un programme de formation de six (6) mois                                  



    Les pneus neufs plus chers


    Le prix du pneu neuf importé coutera 450 dinars de plus, pour le véhicule léger et 750 dinars pour les pneus des poids lourds. La taxe est applicable à compter d’aujourd’hui, date de publication du décret au Journal officiel.     Les modalités de prélèvement de la taxe sur les pneus neufs importés ont été fixées par un décret exécutif publié au Journal officiel no 10 abrogeant décret exécutif d’Avril 2007 fixant les modalités de prélèvement et de recouvrement de la taxe sur les pneus neufs importés et/ou produits localement. Les prix pratiqués actuellement sur le marché en fonction de nombre de paramètres comme la marque, les dimensions ou, le pays d’origine varient entre 3000 et 18 000 dinars, seront revalorisés ainsi, pour ce qui est des prix pneus dont le poids varie entre 3 et 15 kgs et, sont destinés aux véhicules légers seront majorés de 450 dinars et ceux pesant plus de 15 kgs pour les véhicules lourds de 750 dinars. Cette taxe est prélevée à la source c’est-à-dire à l’importation par les services des douanes qui la  calculent en fonction de la quantité de pièces importés. L’article 5 du texte précise que cette taxe sur les pneus neufs importés n’est pas comprise dans l’assiette de calcul de la TVA. Elle doit apparaître de façon distincte sur les factures établies à tous les niveaux de la distribution et de la commercialisation. Le décret fixe par ailleurs l’affectation du produit de cette taxe dont bénéficiera à hauteur de 35% les communes, 35% iront au budget de l’Etat  et les 30% restants seront versés au Fonds spécial de solidarité nationale.



    Alstom Transport veut racheter Cital


    Entrée en production depuis mai 2015, l’entreprise Cital est née d’un partenariat conclut entre Ferrovial, l'Entreprise du métro d’Alger (EMA) et la société française Alstom.   Maintenant que le réseau des transports des grandes villes est doté de tramways urbains, la demande sur les rames va cesser et l’entreprise créée il y’a à peine deux ans se trouvera dans l’obligation de se redéployer. Une opportunité que les français vont saisir au vol en exprimant la volonté de reprendre l’entreprise pour convertir l’activité par l’assemblage et l’entretien des trains. L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, a annoncé que Alstom Transport, fournisseur des trains Coradia était « disposée » à « réanimer » l’entreprise Cital delà de 2018 expliquant que vue que, « la demande d’assemblage des rames cessera à cause du gel de plusieurs projets de ce moyen de transport urbain, Alstom Transport est prêt à investir dans l’assemblage et l’entretien de trains Coradia à Cital ». Il exprima, juste le souhait d’Alstom de récupérer Cital sans autres détails pour l’instant quant au changement des statuts de l’entreprise qui, pour rappel sont deux entreprises nationales à savoir Ferrovial et EMA et la société française Alstom.  C’était lors d’une visite à l’usine Cital que l’ambassadeur français a fait cette annonce, satisfait au demeurant de la qualité du partenariat algéro-français qui a débouché selon lui « sur cet important acquis industriel satisfaisant aux normes internationales qu’il est important de préserver et de développer ». Il rappella aussi que « l’Algérie représente un partenaire privilégié pour les opérateurs économiques français", avait-il soutenu rappelant que 17 accords de coopération ont été signés et sont en cours de concrétisation dans divers secteurs. L’ambassadeur de France en Algérie avait auparavant rencontré les autorités de la wilaya et nombre d’opérateurs économiques activant dans la wilaya d’Annaba. Durant la rencontre, il a été question des opportunités de promotion de l’investissement et de l’enseignement de la langue française par l’ouverture d’une école française dans la wilaya.    



    Alger- Oran par TGV à partir du 3 mars prochain


    Le premier voyage du train « Coradia » grande vitesse reliant Alger à Oran sera inauguré officiellement le 3 mars prochain, selon des sources de la SNTF.    En effet, l’entrée en exploitation du train « Coradia » mettra, selon les avis des professionnels du secteur, fin aux retards et les arrêts intempestifs d’autant plus que les essais techniques ont été une totale réussite, croit-on savoir. Il est utile de rappeler qu’Oran réceptionnera cinq trains «Coradia Polyvalent» pour desservir les  grandes villes dont  Alger, Bechar et Maghnia. La desserte programmée pour renforcer la ligne Oran-Alger prendra le départ de la gare d’Oran vers Agha à Alger à 10 heures du matin avec un gain de temps de deux heures. Ceci étant dit, le «Coradia Polyvalent» est un train à grandes lignes bi-mode (diesel et électrique- 25kV) conçus et fabriqués sur le site d’Alstom à Reichshoffen (France) pouvant circuler à une vitesse de 160 km/h. Il mesure 110 mètres de long, comporte six voitures et offre une capacité de 254 passagers dont 60 en première classe. Pour rappel, le premier train, acheminé depuis le port de Savone en Italie a été débarqué au Port d’Alger le 29 janvier dernier. Le fournisseur Alstom, va poursuivre, les livraisons jusqu’en juillet 2018 des seize autres trains commandés conformément au contrat signé en juillet 2015 dans le cadre d’un programme d’extension et d’équipement du réseau ferroviaire national. le cout de l'investissement a été d’environ 200 millions d’euros. 



    La liaison Oran-Barcelone opérationnelle


    300 voyageurs et 170 véhicules ont pris place à bord du navire « El Djazair 2 » pour Barcelone.    La traversée inaugurale de la liaison maritime de transport de voyageurs Oran - Barcelone a eu lieu hier à partir du port d’Oran. 300 voyageurs et 170 véhicules ont pris place à bord du navire « El Djazair 2 ».  A raison de deux traversées par mois, cette liaison vient s’ajouter à celles déjà opérationnelles en l’occurrence Oran - Alicante et Oran – Almeria, ce qui offre aux voyageurs nationaux et étrangers plus de possibilités de circulation notamment pour la communauté nationale établit en France nous confiera une source de l’ENMTV. L’inauguration de cette ligne intervient à quelques semaines de l’entrée en exploitation du quai Conakry après 3 ans de travaux. Pour rappel, le quai en question, long de 250 mètres linaires est capable de recevoir deux navires en même temps, ce qui offre de nouvelles perspectives d’exploitation entrant dans le cadre du plan de développement de l’ENMTV. Cette nouvelle desserte sera maintenue jusqu’à la fin de la saison estivale en septembre, avec une fréquence de deux voyages par mois. 



    L’activité portuaire à Mostaganem prête à satisfaction


    Mostaganem tend à s’imposer comme région économiquement viable, les résultats obtenus à l’exportation, par la société portuaire confirment une tendance haussière qui se poursuit depuis le début de 2017.     Outre la plus-value enregistrée dans le transport des personnes et le fret, le bilan de l’activité commerciale, arrêté au mois d’octobre dernier, fait état d’un net recul des importations, suite aux mesures gouvernementales prises dans ce sens et la hausse sensible des opérations d’exportations. En effet, le volume des importations est estimé à 654 020 tonnes, soit une baisse nette de 18% comparativement au volume de l’année 2016.  Au moment où les exportations ont atteint un volume de  32 635 tonnes en 2017 contre 14 375 tonnes en 2016, la hausse a été nettement importante avec 127%. Pour ce qui est des produits importés,  il est fait état de 50 000 tonnes de, pommes de terre et 34 000 tonnes de bois. Les produits exportés ont concerné 633 tonnes de divers produits agricoles tels que la pomme de terre locale, les dattes et les poivrons, 166 tonnes de couscous, des engins de transport pour un volume de 5 777 tonnes, 5090 tonnes d’argile entrant dans la fabrication de batteries et enfin 3 139 tonnes d’héliums.    Sur le chapitre transport des personnes, l’activité a été également importante, il est noté dans le bilan de cette infrastructure 27 122 étrangers et 64 208 nationaux qui sont rentrés par le port de Salamandre (Mostaganem) au cours de l’année 2017, selon un bilan des autorités portuaires enregistrant une nette augmentation comparativement à l’année 2016. Le même bilan fait état de 85 234 nationaux et 27 164 étrangers ont quittés le pays, en 2017, à partir de la même infrastructure portuaire.  Pour ce qui est du mouvement de véhicules et autres engins, il est fait état de l’enregistrement de 4 596 véhicules en provenance de ports nationaux et 42 892 véhicules en provenance de l’étranger, la sortie vers les autres infrastructures portuaires du pays de  42852 véhicules et vers l’étranger de 19 831 véhicules et enfin l’entrée de 200 embarcations.  Pour rappel, les opérations d’exportations à travers le port commercial de Mostaganem ont enregistrées une hausse de 111% comparativement à l’année 2016. 



    Oran-Alger en 3 H par train dés la mi-Mars


    Oran réceptionnera dans les tous prochains jours cinq trains «Coradia Polyvalent» pour desservir, dès la mi-mars prochaine,  Alger,  Bechar et Maghnia.    Une nouvelle desserte sera également programmée pour renforcer la ligne Oran-Alger et prendra le départ de la gare d’Oran vers Agha à Alger à 10 heures du matin, nous fait savoir une source de la gare d’Oran. Ceci dit, l’on saura que des dessertes expérimentales pour se familiariser avec les trains à grande vitesse et le circuit, débuteront au mois de février avant de devenir opérationnelles au mois de mars. Notre source nous confiera que les trains «Coradia Polyvalent» rallieront la gare Agha d’Alger avec un gain de temps de deux heures. La durée actuellement de 5 heures entre les villes passera à 3 heures ce qui ne manquera sans aucun doute pas de gagner une nouvelle clientèle. Une clientèle d’affaire pour laquelle ce nouveau train offrira finalement confort et rapidité avec une vitesse de 160 km/h contrairement à ceux, aujourd’hui en exploitation. Pour rappel, le «Coradia Polyvalent» est un train grandes lignes bi-mode (diesel et électrique- 25kV) conçus et fabriqués sur le site d’Alstom à Reichshoffen (France) pouvant circuler à une vitesse de 160 km/h. Il mesure 110 mètres de long, comporte six voitures et offre une capacité de 254 passagers dont 60 en première classe.  



    Air Algérie vers le bras de fer


    Bien que la grève surprise suivie hier toute la journée par le personnel navigant d’Air Algérie a été déclarée illégale par la justice pour non respect de la loi, le syndicat concerné n’en démord pas, un préavis sera voté.   Aujourd’hui, au lendemain du déclenchement de la grève la tension reste vive, « l’essentiel » des vols domestiques et internationaux assurés par la compagnie nationale au départ  de l’aéroport d’Alger   - d'Air Algérie ont été effectués avec du retard. La direction d’Air Algérie tente depuis hier, de gérer une situation de confusion occasionnée par l’annulation de tous les vols programmés, en fin de journée, seuls deux appareils affrétés par la compagnie ont pu partir à destination de la France. Les revendications des grévistes pour rétablir le planning des augmentations salariales ne peut être maintenu à l’état actuel des choses, le directeur commercial d'Air Algérie, Zoheir Houaoui, a affirmé ce matin sur les ondes de la radio nationale que la compagnie ne peut accéder à cette demande « au détriment de l'équilibre financier de l'entreprise ». C’est donc vers un le bras de fer que le syndicat s’achemine en annonçant qu’il votera un préavis pour une autre grève sachant qu’hier et suite à la décision de la justice déclarant la grève é »illégale », la compagnie a fait appel aux services d’un huissier de justice pour entamer les procédures y afférentes.    



    Air Algérie : la justice déclare la grève illégale


    La sentence est tombée cet après-midi vers 16 heures, la Cour d'Alger s’est prononcée sur la grève du personnel navigant d’Air Algérie en vertu d'un jugement en référé la déclarant : « illégale ».   Suite à la saisine des instances judiciaires, il est validé le caractère illégal de la grève pour non-respect des dispositions de la loi régissant les conflits collectifs en entreprise. Le fait de ne pas observer le préavis, informant la tutelle du vote de la grève, le personnel navigant d’Air Algérie s’est vu débouté. Selon l’APS, qui se réfère à une source responsable au sein de la compagnie aérienne le jugement a été rendu aujourd’hui, aux environs de 16h, il est de ce fait obligation aux grévistes de surseoir à leur mouvement et « ne pas entraver le fonctionnement des services de la compagnie ». La direction de la compagnie aérienne nationale qui, a pris note de ce mouvement de débrayage notant ce matin dans son premier communiqué de presse le caractère illégal de cette grève a introduit près le tribunal territorialement compétent de Dar El Beida une plainte. Faisant suite au jugement prononcé dans l'apres midi, il a été fait de suite appel, par la direction de la compagnie à un huissier de justice pour entamer la procédure nécessaire. Pour rappel, une cellule de crise a été mise en place par l'administration d'Air Algérie pour trouver des solutions à la perturbation du trafic aérien. La perturbation du trafic et les désagréments causés de ce mouvement de grève suivi au début timidement, dans les autres aéroports du pays notamment Oran ou, les vols au programme d’aujourd’hui ont été effectués normalement ont fini par atteindre les autres aéroports notamment ceux de Annaba et Constantine ou, la grève a gagné tout le personnel navigant et a réussi à paralyser les aéroports.                                  



    Le personnel navigant d'Air Algérie en grève


    Le personnel navigant d’Air Algérie est en arrêt de travail depuis ce matin à l’appel de son syndicat. Le débrayage suivi totalement par le personnel de l’aéroport d’Alger l’a été beaucoup moins à Oran.   Le mouvement de grève déclenché aujourd’hui, depuis 4 H du matin par le personnel navigant commercial d'Air Algérie a été totalement observé à l'aéroport d'Alger mais partiellement suivi à Oran et Annaba, selon un communiqué de la compagnie aérienne nationale.   La direction de la compagnie a de suite installé une cellule de crise pour gérer les désagréments occasionnés.  Air Algérie précise que ce mouvement de grève a été déclenché sans préavis plongeant le trafic de la compagnie dans la confusion. « Les vols au départ d’Alger n’ont pas pu décoller » la direction a été contrainte d’annuler plusieurs vols internationaux et nationaux. Les voyageurs sont depuis livrés à l’incertitude de voyager aujourd’hui.     La direction d’Air Algérie tente de rassurer et gérer la situation de crise en mettant à la disposition des voyageurs des numéros de téléphone pour s’informer de la situation de leurs vols: (021) 50 90 70 et  (021) 50 92 86. Quant à la plate forme de revendication elle se résume en un seul point : revalorisation des salaires. 



    Le premier train à grande vitesse arrive la fin du mois


    La SNTF recevra le premier train Coradia polyvalent la fin du mois. C’est la première livraison d’une commande 17 trains de chez Alstom pour un montant total d’environ 200 millions d’euros.    Le contrat signé en juillet 2015 entre dans le cadre d’un programme d’extension et d’équipement du réseau ferroviaire national. Le premier train, devra desservir et, dès le premier trimestre de cette année, les grandes villes à savoir Alger, Oran, Annaba, Constantine et Bechar. « Le train sera acheminé vers le port de Savone en Italie pour embarquer à destination du Port d’Alger où il est attendu vers le 29 janvier 2018, comme précisé dans le communiqué d’Alstom qui, va poursuivre, dans les délais les livraisons jusqu’en juillet 2018. Le Coradia Polyvalent est un train Grandes Lignes bi-mode fonctionnant en diesel et électrique pouvant circuler à une vitesse de 160 km/h. D’une longueur totale de 110 mètres, le train comporte six voitures et offre une capacité de 254 passagers dont 60 en première classe. Il est doté d’un système de climatisation « très performant » et d’accès pour les personnes à mobilité réduite.           



    Renault s'offre 62% du marché algérien


    La progression de la percée du groupe Renault en Algérie a été en hausse de 11 points par rapport à l'exercice précédent, s’est félicité le groupe français aujourd’hui dans un communiqué de presse.    La part de part de marché « record » enregistrée en Algérie est estimée à 62,8%, générée notamment par la vente de pas moins de pas moins de 260.000 voitures dont l’usine Renault d’Oued Tlilet dans l’Oranie qui à elle seule, projette de produire 80.000 voitures en 2018. Le groupe Renault qui a mené une stratégie d’implantation agressive dans le Maghreb avec l'installation de cinq usines de montage véhicule, récolte des résultats probants qui lui permettent, selon les termes du communiqué de renforcer ses parts de marché qui ont évolué de  5,6% de ses ventes avec une part de marché de 42,4% soit, une augmentation régionale de plus 4,1%. Hors d’Europe, poursuit le communiqué, toutes les régions continuent de progresser en volume et en part de marché, indiquant le volume hors d’Europe représente désormais 49,2 % de la totalité des ventes. « Nous avons battu un nouveau record au niveau du Groupe avec plus de 3,7 millions de véhicules vendus en 2017. Nos volumes et parts de marché continuent d’augmenter sur l’ensemble des régions ».  Une stratégie à l’internationale qui s’avère payante et que le groupe Renault va renforcer par le renouvellement de la gamme et l’élargissement géographique. Pour cette année, le groupe compte mettre le paquet sur la vente en ligne selon le plan Drive The Future. En Afrique-Moyen-Orient-Inde, les immatriculations du Groupe sont en hausse de 8,4 % sur un marché qui augmente de 2,0 %. La part de marché progresse de 0,4 point à 6,6 %. Selon le groupe, le marché mondial devrait connaître en 2018 une croissance de 2,5 % par rapport à 2017. 



    Le fret aérien et maritime ouvert au privé


    Malgré la situation difficile de la trésorerie de la compagnie marquée par un déficit de 11 milliards de dinars enregistré en fin de l’année 2017, Air Algérie restera propriété de l’Etat algérien.     La question de privatisation de la compagnie aérienne nationale est écartée officiellement, le ministre des transports l’a encore affirmé hier. Mais, pour dynamiser l’activité aérienne, il est levé le gel sur la loi régissant le transport aérien et aussi maritime. Le ministre a annoncé devant les députés que cette activité, est dorénavant ouverte à la concurrence du privé national. Il fournit également à l’occasion un état des lieux de la situation de tout le secteur qui mérite que des études « minutieuses » soient menées avant de lancer d’autres projets. La préoccupation du ministre actuellement, telle qu’exprimée va  au parachèvement de l'ensemble des projets programmés et aussi l'amélioration des prestations de service, conformément aux objectifs des programmes du président de la République. Il souligna par contre le souci de voir certains projets relevant des secteurs des transports et des travaux publics non encore réceptionnés ou pas encore opérationnels, qui constituent « des fonds dormants » car, ne participant pas au développement économique, d'où son l'objectif « essentiel » de procéder d’abord au  parachèvement de ces projets, et l'amélioration des prestations fournies avant d’envisager le lancement de projets nouveaux. Parmi ces projets qu’il faudra conduire eu égard à leur impact sur l’économie nationale il y’a le lancement du projet de réalisation du port de Cherchell prévu pour avant la fin du 1er semestre de cette année. Le retard observé dans le lancement desdits travaux a été du essentiellement à une approche prudente afin de « réunir toutes les mesures et toutes les conditions pour s’assurer des meilleures conditions.  D’autant que le secteur constituant un des axes majeurs du plan quinquennal 2015-2019 dont lequel figure l’amélioration du réseau nationale de transport ferroviaire (SNTF), le développement du réseau de transport urbain (Métro, tramway, téléphérique) et le parachèvement du programme de réalisation  des gares routières. 



    Le permis biométrique dans quelques jours


    Entamée en avril dernier, l’opération de confection du permis de conduire est enfin terminée, les conducteurs peuvent recevoir leurs permis biométrique à la fin du mois de janvier en cours.   Par contre, ils attendront encore jusqu’à juillet prochain pour l’entrée en vigueur du permis à points. L'opération de délivrance du permis de conduire biométrique devrait être entamée dès la fin janvier en cours, permettant l'entrée en vigueur dès juillet prochain du système du permis à points, a indiqué le directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR) à l’APS qui, à l’occasion justifié le retard observée de cette opération par un léger « contretemps » induit notamment par  des soucis dans l'importation des matières premières pour sa fabrication, l'installation de la chaîne de production au niveau de l'imprimerie officielle ainsi qu'au développement des logiciels pour les puces installées sur ces supports électroniques. « Il fallait s'assurer plutôt du bon fonctionnement de ces permis avant de les distribuer » a-t-il assuré. Quant à ce qui va changer avec l’entrée en vigueur du permis biométrique, le même responsable a affirmé que « tout le système de sanction sera revu ».    



    Sonatrach et Air Algérie non concernées par les privatisations


    Les subventions seront mieux ciblées, Sonatrach et Air Algérie ne seront pas privatisées et aucune prévision de changement de la monnaie nationale.   Le ministre des finances apportait quelques clarifications quant aux nouveautés induites par la politique du gouvernement opérée sur l’économie nationale avec la précision que la priorité absolue reste la préservation de l’emploi. Pour tout le reste, des transformations structurelles importantes sont apportées notamment en ce qui concerne l’outil de production. Le gouvernement et, après avoir pataugé en multipliant les formules de groupements des grands groupes industriels a enfin signé avec ses partenaires dans la tripartite la charte pour le partenariat public-privé. Une sorte d’entrée en matière de privatisation mais, qui reste dans l’ensemble applicable aux infrastructures de base. Le privé peut dorénavant prendre des participations n’excédant pas les 34% du capital des entreprises publiques, mais, non stratégiques. Le ministre des finances explique, sur les ondes de la radio nationale la stratégie suivie par le besoin de préserver l’emploi sans toutefois toucher aux secteurs clés à savoir celui des hydrocarbures,   « l'Etat n'est pas prêt à céder le moindre pourcentage du capital des entreprises publiques  relevant des secteurs stratégiques comme celui de l'Energie dont les hydrocarbures, ou des Transports ».   L’autre révision importante au programme du gouvernement concerne le ciblage des subventions. Estimant que les dépenses des transferts sociaux situées à 1.760 milliards de dinars comme prévu pour 2018 « c'est trop », il devient nécessaire, selon le premier argentier du pays de revoir cette politique afin de « mieux cibler »  ces subventions. A propos du flux de l’argent dans l’informel, la réflexion est aussi à l’ordre du jour, selon le ministre qui, exclut tout changement de la monnaie nationale. Des mécanismes sont trouvés pour « inciter les détenteurs de cet argent informel à intégrer le secteur formel ».                                     



    Simulation d’un détournement d’avion à Oran


    Un exercice de simulation grandeur nature d’un détournement d’avion, un Boeing 737-800, avec une prise d’otages par les éléments d’un « groupe terroriste » se déroule en ce moment sur le tarmac de l’aéroport Ahmed Ben Bella d’Oran.     En effet, il s’agit du vol de la compagnie nationale Air Algérie en provenance de l’aéroport d’Orly (Paris) qui a atterrit à 13 heure 54 mn et qui est immédiatement mis en isolement, selon des informations recueillis auprès d’un membre de l’équipe d’intervention sur place  qui nous précisera que «la manœuvre s’inscrit en application de l’instruction de la direction de l’aviation civile et de météorologie (DACM) relative aux exercices et test du plan d’urgence. »  L’appareil en approche a été repéré par les radars des forces de sauvegardes du territoire au niveau de la ville de Mostaganem, ce qui a immédiatement conduit au déclenchement du plan Orsec et le déplacement sur les lieux de l’ensemble des intervenants en pareilles circonstances, les autorités civiles et militaires, les éléments de la protection civile et celle du contrôle sanitaire aux frontières et la mise en place d’une cellule de crise pour la gestion du problème.  A noter que le rôle des otages a été accompli par les bénévoles du croissant rouge algérien.                                                                                           



    ASL Airlines desservira Oran dès cet été


    La française ASL Airlines, une compagnie aérienne, membre du groupe international ASL Aviation Holdings, compte renforcer ses dessertes vers l’Algérie en ralliant la capitale de l’Ouest, El Bahia, dès l’été 2018 à raison de deux liaisons au départ de Bordeaux et de Toulon.    Selon un communiqué rendu public, il est annoncé que ces vols concerneront la période estivale allant du mois de juillet au mois de septembre, ASL Airlines France desservira l’aéroport Ahmed Ben Bella d’Oran deux fois par semaine, le mercredi au départ de l’aéroport de Bordeaux Mérignac et le lundi au départ de l’aéroport de Toulon Hyères. Il est également fait état du renforcement de ses autres dessertes notamment de sa ligne Paris/CDG – Alger, que cette compagnie assurera à l’année, pour passer ensuite durant toute la saison estivale à cinq fréquences hebdomadaires, du lundi au vendredi en sus de la ligne Paris/CDG – Ech Chlef qui sera reconduite à un vol tous les lundis du mois de juillet au mois de septembre. la compagnie aux couleurs jaune et bleue met à la disposition de ses clients des offres tarifaires flexibles selon le type de voyage, en famille, pour tourisme ou affaires, sur un vol en aller simple, en aller-retour, avec ou sans bagages, modifiables ou non, remboursables ou non. Les différentes options peuvent se combiner entre elles, permettant de réserver un trajet dans une classe tarifaire déterminant en fonction du pack choisi.                 



    Les transporteurs privés en faillite à Oran


    Ils sont 1 200 transporteurs privés bénéficiaires des aides de l’ANSEJ et de l’ANGEM qui ont fait faillite à Oran cette année.   Selon le président du bureau de l’union des transporteurs de wilaya, les opérateurs en question activent dans les segments du transport de marchandises, les transports urbains et suburbains et  taxis. Sur les  4 000 bénéficiaires des aides 1 200 transporteurs ont été contraints à déposer le bilan car, incapable de faire face aux charges sociales et fiscales liées à leurs activités, aux rémunérations de leurs employés, aux charges de fonctionnement de leur activité et enfin aux remboursements des échéances liées à leurs prêts. Le problème, selon le même intervenant, s’accentuera encore plus avec la nouvelle année et l’entrée en vigueur des différentes augmentations notamment celles liées au carburant qui impacteront lourdement la trésorerie des transporteurs déjà mis à mal. Le même intervenant a plaidé pour la mise en place d’un fonds d’aide aux transporteurs en difficultés dans le cadre du groupement «Groupement de transport urbain et suburbain privé de la wilaya d'Oran».       



    Port de Cherchell : 200 mille emplois en vue


    Le lancement du chantier est prévu « au plus tard » dans trois mois. Les entreprises intervenant dans la réalisation du port d’El Hamdania-Cherchell y sont déjà installées.    Dans l’attente de l’acquisition des équipements le projet du port commercial du Centre d’El Hamdania, devra générer près de 200.000 emplois directs. Un rapport a été présenté aujourd’hui par la direction des Travaux publics de la wilaya, souligne l’importance économique de cette infrastructure étendue sur 2000 hectares et devant constituer une base industrielle névralgique de par toutes les activités annexes. Ce futur port commercial devrait est à lui seul un tissu industriel et commercial de haute importance de par notamment sa dimension stratégique du fait qu’il servira de lien entre la Méditerranée et le restant du continent africain. Il permet l’accostage des navires de grands tonnages au su de sa capacité de 240.000 tonnes soit, bien loin des capacités des ports existants dotés d’à peine de capacités ne dépassant pas les 30.000 tonnes, en sus de sa dotation de 23 terminaux d’une capacité de traitement de près de 6,5 millions de containers par an, avec 25,7 millions de tonnes par an de marchandises ce qui va de paire avec sa vocation commerciale de dimension internationale. Ce projet entre dans tout un programme d’aménagement de la région ou sera réalisé une pénétrante et une ligne ferroviaire qui relieront le futur port de Hamdania aux réseaux nationaux des autoroutes et du chemin de fer. Des infrastructures de base qui compléteront l’activité première du port et donneront plus de dynamisme aux activités connexes dans cette région. Le wali de Tipasa a annoncé lors de la présentation de ce projet sur place que l’étude relative à la pénétrante devant relier le futur port à l’autoroute Est-Ouest au niveau d’Oued Djer à El Affroune (Blida), sur 42 km, avant d’être raccordée à la route transsaharienne (Nord -Sud) est lancée et ce, dans l’objectif de constituer à l’avenir un portail pour l’Afrique. Ceci, en plus d’un autre également au programme, il s’agit de la réalisation d’une voie ferrée pour relier le port de Hamdania au réseau ferroviaire national à partir d’El Affroune, en passant par Hameur El Ain (Tipasa). D’un coût de estimé à 3,3 milliards de dollars, cette infrastructure portuaire sera financée dans le cadre d'un prêt chinois à long terme. Le projet sera construit par une société de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et de deux (2) compagnies chinoises : CSCEC (China state construction corporation) et CHEC (China harbour engineering company).                    



    Air Algérie : vers un billet plus cher


    La compagnie aérienne nationale Air traverse actuellement des zones de turbulences financières qu’elle tente « de surmonter » selon les déclarations du ministre des Transports et des travaux publics, Abdelghani Zaalane.   Un redressement de ses finances pourrait passer par une augmentation des prix du billet tel que pratiquée jusque-là. C’est du moins une option qui « n’est pas écartée » a affirmé hier le ministre lors de sa visite de terrain effectuée dans la capitale.   Ce qu’il évacua par contre c’est le côté faillite estimant que, les difficultés de la compagnie Air Algérie sont d’ordre financier qu’il convient de pallier en augmentant ses recettes, la compagnie « n'est pas en situation de faillite » a-t-il affirmé mais, connaît seulement des difficultés financières qu'elle tente actuellement de surmonter. Un plan de développement de la compagnie aérienne est en cours d'élaboration depuis environ six mois par une « nouvelle équipe en charge de ce dossier » installée à effet. Le ministre confirme ainsi les déclarations faites au courant du mois dernier du PDG de la compagnie qui, dans une lettre à l’adresse des employés a souligné toute la difficulté de la conjoncture sur la trésorerie de la compagnie : « notre compagnie est aujourd’hui confrontée à une situation des plus délicates, marquée par des résultats opérationnels négatifs, eux-mêmes générés par des coûts en constante augmentation, une concurrence directe et indirecte qui pèse sur nos revenus, un sureffectif dans les fonctions non-productives, des sujétions de service public onéreuse et un lourd endettement » avait résumé le premier responsable d’Air Algérie.

0576832
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Depuis le début
370
251
878
11026
4266
10224
576832

2018-12-12 09:46

free counters

Position géographique des connectés en temps réel.