Vous êtes ici >>> ACCUEIL LE PAYS L'Algerie Tourisme A promouvoir Horizon 2010
_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Formulaire d'Identification




"Rire souvent et beaucoup ; gagner le respect des gens intelligents et l'affection des enfants ; savoir qu'un être a respiré plus aisément parce que vous avez vécu. C'est cela réussir sa vie. "

Ralph Waldo Emerson


Qui est en ligne ?

Nous avons 27 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui112
mod_vvisit_counterHier336
mod_vvisit_counterCette semaine973
mod_vvisit_counterSemaine dernière1450
mod_vvisit_counterCe mois3737
mod_vvisit_counterMois dernier5920
mod_vvisit_counterDepuis le début844903

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Dimanche 25 Juin 2017
à 14:53
Le tourisme en Algérie horizon 2010
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Stratégie de développement du tourisme en Algérie horizon : 2010

La Stratégie de développement du tourisme qu'adopta le ministère du tourisme et de l'artisanat et qui s'étale jusqu'à l'horizon 2010 se propose d'asseoir une politique d'état basé sur l'adhésion totale de l'ensemble des institutions directement ou indirectement impliquées dans le conception, le développement et la promotion des activités touristiques pour l'émergence d'une véritable industrie de tourisme.

En outre, il s'agit pour le ministère du tourisme et de l'artisanat de mettre en place un cadre de référence pérenne pour orienter et coordonner les programme de développement du tourisme au cours des dix prochaines années pour une prise en charge concentrée de l'intersectorialité des activités touristiques.

En effet, contrairement aux autres secteurs économiques le tourisme demeure structurellement un secteur horizontal dont le développement est fortement lié a l'environnement général (transport, culture, artisanat, agriculture, moyens de communication, hygiène, environnement etc ...).

Il va de soit que cette démarche, qui doit être impérativement soutenue pour l'ensemble des institutions et parties concernées, trouve ses fondements dans le programme de gouvernement adopté en Septembre 2000 qui se fixe comme objectif de la nouvelle politique touristique. " L'émergence d'une véritable industrie touristique sur la valorisation des potentialités naturelles culturelles et civilisationnelles du pays " s'articule " autour d'objectifs réalistes et quantifiables et dispose des instruments institutionnels, organisationnels et de financement appropriés, de sources diverses ". quant au rôle du gouvernement dans la mise en œuvre de cette nouvelle politique, il se défini à la promotion de l'image touristique de l'Algérie à l'extérieur, à l'attraction de l'investissement et du partenariat auprès des détenteurs de capitaux, de savoir faire, et de marchés, et à l'intégration du produit touristique National dans les circuit commerciaux.

Cette stratégie qui s'inscrit dans le durabilité, se base sur les facteurs suivant :

  • Un cadre politique global visant le développement durable du tourisme.
  • Un plan directeur délimitant les zones à mettre en valeur en priorité, déterminant les types le produits adoptés à chaque zones, précisant la capacité de charge de chaque zone etc...
  • Une réglementation claire et rationnelle relative à l'aménagement du territoire appliquée rigoureusement. .
  • Une politique de valorisation des ressources humaines en vue d'une planification et d'une gestion satisfaisante des infrastructures et des activités touristiques.
  • Des normes et une réglementation propres au secteur afin de maintenir les niveaux voulus de qualités de l'environnement et de qualité en général.
  • La large association de la population à tous les stades de la planification, de la mise œuvre et de la gestion des services touristiques.

A terme, ces objectifs visent :

  • L'augmentation des capacités d'hébergement touristique.
  • La réhabilitation et la mise à niveau du hôtelier existant .
  • La diversification de l'offre touristique.
  • L'amélioration de l'image touristique de l'Algérie.
  • L'insertion de la ''destination Algérie'' dans les circuits commerciaux touristiques internationaux.
  • L'augmentation des flux touristiques vers l'Algérie et la diversification des recettes en devises.
  • La création et l'augmentation de l'emploi.

Ces objectifs, évidemment dictent la levée des contraintes organisationnelles, juridique, financières, matérielles et humaines qui font partie des doléances et propositions contenues dans cette stratégie et que ne traduirait dans le cadre de volonté de l'état de promouvoir une industrie touristique, qu'une loi-cadre en préparation sur le tourisme qui le confortera et pérennisera l'action des pouvoirs publics durant la décennie en cours.

Cette stratégie décennale impérative pour l'émergence de la destination Algérie, et d'une industrie touristique. s'impose par :

  • Les enjeux socio-économiques du tourisme est ses imput, tel qu'il est prouvé ailleurs.
  • L'état des lieux du secteur touristique en Algérie, que ces atouts appellent à la levée de tout handicapes et contraintes et qui plaident plus sa réussite.
  • Les défit qui sont imposés au pays dans les horizons des décennies futurs.
  • La globalisation qui impose des défis plus importants.

La stratégie adoptée vise en chiffre à :

  • La réalisation d'un apport en capacité d'hébergement touristique additionnel de l'ordre de 50.000 lits.
  • Un apport privé en volume d'investissements en projets de l'ordre de 75 milliards de dinars.
  • L'augmentation des flux touristiques vers l'Algérie qui passeraient de 174 000 en 1999 à 1,2 millions de touristes étrangers en 2010 et de 607 000 à 980 000 pour les visiteurs nationaux non résidents.
  • La création de 25000 emplois directs et de 75 000 emplois indirects.
  • Des rentrées en devises d'un montant prévisionnel vers l'horizon 2010 de l'ordre de 1,6 milliard de $.

Date de publication : vendredi 16 janvier 2004, par BOUDERSA ADEL