_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Formulaire d'Identification




"Deux faiblesses qui s'appuient l'une à l'autre créent une force. Voilà pourquoi la moitié du monde, en s'appuyant contre l'autre moitié, se raffermit. "

Léonard De Vinci


Qui est en ligne ?

Nous avons 5 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui74
mod_vvisit_counterHier241
mod_vvisit_counterCette semaine1353
mod_vvisit_counterSemaine dernière1822
mod_vvisit_counterCe mois6083
mod_vvisit_counterMois dernier5873
mod_vvisit_counterDepuis le début860405

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Vendredi 15 Juin 2018
à 20:24
DILEM
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

aa0-ali-dilemAli Dilem né le 29 juin 1967 à El-Harrach, en Algérie est un dessinateur de presse algérien d'origine kabyle. Ali Dilem publie ses caricatures dans le quotidien algérien Liberté et dans l'émission de télévision Kiosque sur la chaine francophone TV5.

Ali Dilem demarre sa carrière au quotidien


Le Matin en 1991 avant de rejoindre Liberté en 1996. Il obtient le prix international du dessin de presse en 2001. Dilem travaille dans des conditions difficiles : menacé de mort par des groupes islamistes à de nombreuses reprises, Ali Dilem est aussi harcelé par plusieurs procès pour diffamation. Il a notamment écopé d'une amende de 50 000 dinars algériens en mai 2005.

Le 14 juin 2005, Ali Dilem est condamné à six mois de prison ferme pour une caricature publiée dans le journal Liberté le 29 novembre 2001. Il y dénonce la corruption des généraux algériens juste après les inondations meurtrières de Bab El-Oued. Deux personnages commentent les dons d'argent de généraux comme étant des « restitutions ».