Vous êtes ici >>> ACCUEIL DETENTE Contes Mythes Légendes Contes arabe
_TOP

Traduction automatisée

French Arabic English German Italian Portuguese Spanish

Formulaire d'Identification




"Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. "

Friedrich Nietzsche


Qui est en ligne ?

Nous avons 13 invités en ligne

Position géographique des connectés en temps réel.

Compteur de visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui111
mod_vvisit_counterHier336
mod_vvisit_counterCette semaine972
mod_vvisit_counterSemaine dernière1450
mod_vvisit_counterCe mois3736
mod_vvisit_counterMois dernier5920
mod_vvisit_counterDepuis le début844902

Aperçu de la localisation par pays des internautes visitant le site www.ahdouche.com !!! Nombres et provenances sur calcul d'adresse IP unique.

free counters

Dernière mise à jour

Dernière mise à jour le :
Dimanche 25 Juin 2017
à 14:53
Catégorie Contes - arabe
 <<< Précédent

Les contes arabes

 Suivante >>>

Les récits et histoires arabes descendent d’une longue tradition de l’expression orale. En effet, c’est réunis autour d’une vieille de la tribu ou du village, que les enfants écoutaient avec attention, ravis de pouvoir imaginer mille histoires, les contes merveilleux qui arrivaient de Perse, d’Inde ou de contrées imaginaires. La tradition orale étant éphémère et ne pouvant conserver toute la matière, les contes arabes furent regroupés dans nombreux écrits, tels que les très connus contes des mille et une nuits.

Les contes sont à distinguer des nouvelles ou des petites histoires. Ils n’ont de point commun qu’en ce qui concerne la brièveté qui les caractérise tous. Mis à part cet aspect-là, le conte est différent par l’imaginaire qu’il met en scène : un conte relève du merveilleux, d’un merveilleux auquel on ne croit pas mais qui est si bien ancré dans l’imaginaire que l’ont doute au point de se demander si à l’origine, il n’y a pas une petite part de vérité dans ce qui nous est raconté.

Les contes semblent faciles à aborder car généralement ils sont très courts mais le peu de texte n’est pas signe de facilité, au contraire, il est signe de complexité et d’assiduité puisque l’auteur se doit de condenser en peu de mots plusieurs idées. Les contes arabes ont de plus la particularité d’utiliser des métaphores et nombreux détours, d’essayer de « leurrer » le lecteur avec une « belle histoire » afin de l’assoupir pour lui glisser au creux de l’oreille une morale ou une incitation. Telle la belle Schéhérazade.
 
Filtrer par titres     Affichage # 
# Titre de l'article Clics
1 01 Histoire de la reine serpent 972
2 02 Corne d'or et corne d'argent 899
3 03 Conte du chat 1061
4 04 Belle comme la lune 908
5 05 Balajoudh et l'Ogresse Tseriel 1376
6 06 Aladin et la lampe merveilleuse 993