Main Menu

Recherche

Traduction automatique

Contes



Détente




Détente / Contes / Arabe

DJEHA ET LA JUSTICE N° : 21

Vache contre vache



Djeha exerçait, un certain temps, les fonctions de juge suppléant. Un paysan vint le trouver.
- Grand juge ! Je viens te consulter. Supposons qu'une vache attachée à un piquet encorne une vache errante.
Est-ce que le propriétaire de la première doit indemniser celui de la seconde ?
- Certainement pas, répondit Djeha. Une vache doit
être tenue dans son enclos. Tant pis pour son maître s'il la laisse vagabonder.
- Je suis vraiment soulagé, Djeha, car c'est ainsi que ma vache a blessé la tienne tout à l'heure.
- Par Allah ! Pourquoi ne m'as-tu pas donné dès le début une narration complète des faits. Le cas est beaucoup plus compliqué que tu ne me l'as dit. Il faut
que je consulte la jurisprudence. Qu'on m'apporte le gros livre noir qui se trouve en haut sur l'étagère !

Détente / Contes / Arabe

DJEHA ET LA JUSTICE N° : 24

Se mordre l'oreille



Deux hommes sont venus consulter Djeha quand il était magistrat. Le premier homme dit,
- Cet homme a mordu mon oreille - J'exige un dédommagement.
- Il s’est mordu lui-même, dit le second. Djeha s'est retiré et a passé une heure à essayer de se mordre l’oreille. En vain, il n’a réussi qu’à se faire une bosse au front en tombant. !
De retour dans la salle du tribunal, Djeha prononça la sentence :
- Examinez l'homme dont l'oreille a été mordue. S’il a une bosse au front, il l'a fait lui-même et la plainte est écartée. Si son front n'est pas contusionné, c’est l'autre homme qui l'a fait et il doit payer une amende.

Détente / Contes / Arabe

LES FANFARONNADES ET LES RUSES DE DJEHA N° : 26

Des coups pour manger



Djeha alla à la ville voisine pour affaires, mais il n'avait pas d'argent. Comme il passait près d'une boutique où l'on vendait du halva, il entra, saisit un gros morceau et commença à le manger. Le vendeur vint vers lui et se mit à crier :
- Comment osez-vous vous servir, sans demander ou sans avoir payé ?
Djeha l'ignora et continua à manger. Furieux, le vendeur entreprit de le bastonner. Djeha continuait toujours à manger et, s'adressant aux clients qui étaient là et avaient vu toute la scène, il leur dit :
- Les habitants de cette ville sont tellement généreux qu'ils vous battent pour vous forcer à manger quelques-unes de leurs délicieuses confiseries.

Détente / Contes / Arabe

LES FANFARONNADES ET LES RUSES DE