Main Menu

Recherche

Traduction automatique

Contes



Détente




Détente / Contes / Arabe

LES HISTOIRES NAIVES ET ABSURDES DE DJEHA N° : 60

Sauvetage à la corde



Un homme grimpa à un arbre et n’arrivait pas à en descendre. Djeha, qui passait par là, lui dit qu’il pouvait l’aider. Il prit une longue corde et en donna un bout à l’homme.
- Attachez là autour de votre taille.
- Que faites-vous, Djeha effendi ? Dirent les autres passants. Vous ne pouvez pas sauver un homme perché sur un arbre de cette manière !
- Faites-moi confiance, j’ai déjà essayé cette méthode et elle a été efficace.
L’homme attacha la corde autour de sa taille et Djeha
tira sur l’autre extrémité. L’homme tomba à terre et fut sérieusement blessé.
- Regardes le résultat Djeha ! dit la foule
- J’ai pourtant sauvé un homme comme ça, mais je ne me souviens pas si c’était d’un arbre ou d’un puits !

Détente / Contes / Arabe

LES HISTOIRES NAIVES ET ABSURDES DE DJEHA N° : 61

Djeha, son père et les chaussures volées



Les enfants du village passent leur temps à taquiner Djeha et à s'amuser à ses dépens. Un jour, ils le défient de grimper à un arbre, en lui disant qu'il n'en est pas capable. Djeha accepte le défi et, retroussant ses manches et se déchaussant, il grimpe. Une fois là-haut, les enfants lui volent ses chaussures. Ce qu'il constate une fois redescendu. Il s'en va alors à travers les rues du village, criant :
- Qu'on me rende mes chaussures sinon je vais faire comme a fait mon père autrefois.
Entendant cela, les anciens du village s'empressent de lui en acheter une autre paire, craignant qu'il ne mette sa menace à exécution. Cependant, quelqu'un lui
demande :
- Mais qu'a donc fait ton père quand on lui a volé ses chaussures ?
- Ce qu'il a fait, répond Djeha, il est allé en racheter une autre paire au marché.

Détente / Contes / Arabe

LES HISTOIRES NAIVES ET ABSURDES DE DJEHA N° : 62

Faire de son mieux



Djeha avait un bSuf avec des cornes magistrales, en arc de cercle. Son désir le plus cher était de pouvoir prendre place entre les cornes pour conduire l'animal.
Un jour que le bSuf somnolait, il s'en approcha à pas feutrés et tenta de s'asseoir entre les larges cornes.
Réveillé, l'animal secoua sa tête et projeta Djeha à terre. Il tomba sur la tête et s'évanouit. Le voyant ainsi, sa femme le crut mort et se mit à pleurer. Djeha ouvrit les yeux et la consola :
- Ne pleure pas, ma chère ! J'ai fait de mon mieux, j'ai été sérieusement blessé mais j'ai finalement réussi à faire ce dont j'ai toujours rêvé.