Main Menu

Recherche

Traduction automatique

Contes



Détente




Détente / Contes / Arabe

LES FANFARONNADES ET LES RUSES DE DJEHA N° : 37

Avare ou généreux



Une riche personnalité du village donnait un grand banquet et Djeha n'y avait pas été invité. Il se présenta néanmoins au dîner, alla trouver l'hôte et lui dit :
- Je suis juste venu te dire que certains, au village, racontent qu'il n'y a pas plus avare que toi.
- Moi avare ! Si je l'étais, est-ce que je donnerais ce banquet ?
- Me voilà rassuré, dit Djeha, les gens qui parlent ainsi ne sont que des mauvaises langues, jaloux de ta prospérité. Quant à moi, je n'ai jamais douté de ta générosité.
Et il alla tranquillement s'asseoir à une des tables.

Détente / Contes / Arabe

DJEHA ET TAMERLAN N° : 41

Le pouvoir de divination de Djeha



Un jour qu'il se rendait au palais de Tamerlan, Djeha vit son garde-chiourme bastonner un innocent.
- Tu ne l'emporteras pas au paradis, lui dit Djeha, d'autant plus qu'en consultant le marc de café à ton sujet, j'y ai vu ta mort prochaine.
Il advint que, deux jours plus tard, le bourreau fut renversé par une calèche qui roulait à vive allure dans les rues du village. Il en mourut.
Mis au courant du présage de Djeha, Tamerlan, affecté par cette mort, décida de le mettre à mort. Encadré par deux gardes tenant levé un grand sabre tranchant, il fut présenté au souverain qui lui dit :
- Puisque tu as de grands pouvoirs de divination, tu as dû prévoir le jour de ta propre mort.
- Ce sera pour aujourd'hui, répondit Djeha qui ajouta :
j'ai aussi vu dans le marc que votre mort est prévue le lendemain de la mienne.
Et c'est ainsi que, mécontent mais prudent, Tamerlan demanda aux gardes de baisser leur sabre et laissa la vie sauve à Djeha.

Détente / Contes / Arabe

DJEHA ET TAMERLAN N° : 44

Se nourrir avec des livres



Tamerlan souhaita examiner les registres fiscaux de la ville proche. Le fonctionnaire responsable de la collecte des impôts fut convoqué et on lui demanda de comparer les revenus avec les registres. Le fonctionnaire fut incapable de satisfaire le souverain.
Tamerlan ordonna aussitôt :
- Faites-lui manger les registres fiscaux. Les Chambellans déchirèrent les livres en menus morceaux et les présentèrent à l'ex-fonctionnaire pour
qu'il les mange.
Tamerlan donna un autre ordre :
- Djeha, je te nomme collectionneur des impôts. La parole de Tamerlan ayant force de loi, ainsi fut fait. Le temps passa. Tamerlan veut alors examiner les
performances de l'officier fiscal nouvellement nommé. Djeha est convoqué et le voilà qui se présente à Tamerlan, avec, entre ses mains, une pile de galettes
sur lesquelles apparaissent des lignes de comptabilité.
- Quelle insolence ! Dit Tamerlan, en colère. Il t'a été demandé de venir avec les registres fiscaux !
Ce à quoi Djeha répondit :
- Votre Éminence, Ce sont des livres